Dramaturgies des créations transdisciplinaires : Ouvrez les sens.

Depuis 15 ans, SweatLodge organise des fêtes où s’entrecroisent musique techno, spectacle vivant et scénographie. Nous écrivons nos soirées pour offrir un parcours dans la nuit à notre public, tantôt acteur sur le dance-floor, tantôt spectateur de performances porteuses de sens.
Ce travail de création demande du temps de résidence, dans le prolongement de la démarche conceptuelle qui engage conjointement structure porteuse et artistes invités, afin de construire le décor de la fête, de mettre en scène les tableaux portés par nos interprètes (circassiens, danseurs, comédiens), et les faire dialoguer avec nos différents media (musique, lumière, vidéo, machinerie), pour obtenir un ensemble inscrit dans des questionnements de rythme et de cohérence.

Pour notre nouvelle création, nous avons sollicité le soutien de différents partenaires institutionnels dont la DRAC Pays de la Loire et de la Région Pays de la Loire. Notre demande est étudiée dans ces deux cas par la commission « théâtre » qui, pour juger de la qualité de notre travail artistique, se réfère à des critères dramaturgiques.
Nous avons lu, nous avons étudié, nous savons ce que recouvre la notion de « dramaturgie » dans l’histoire du théâtre, du cirque, du théâtre d’objet et de la marionnette, de la performance, des installations, des arts plastiques et visuels.
Et surtout, nous pensons et pratiquons, nous créons, au plus près de la problématique du « renouvellement des publics ».
Ainsi, si nos fêtes sont empreintes d’une certaine théâtralité, elles ne sont pas en mesure de répondre à ces stricts critères. Nos évènements ne sauraient satisfaire les critères générés par le cloisonnement de commissions « théâtre », « musique », « art plastique » ou « festival ».

SweatLodge n’est pas le seul collectif à écrire ses évènements. Cette nouvelle génération d’artistes tend à abolir la séparation entre organisateur d’évènements et créateur. Par le biais de ces « divertissements », développant les paradigmes passés d’accueil des arts populaires au sein des arts « nobles et savants », ne doutons pas que nos créations mettent en travail la recherche formelle et un certain regard sur le Monde. Elles s’inscrivent donc dans des processus dramaturgiques et artistiques.

Afin que les institutions culturelles publiques soient en mesure de reconnaître et soutenir ces nouvelles formes artistiques, nous suggérons qu’elles se dotent d’une nouvelle commission pluridisciplinaire à la croisée du spectacle vivant, de la musique, des arts plastiques et du festival.

1 J'aime